DIGRESSIONS

ET AUTRES 

DÉTOURS

AVANT DE JOUER /

Extraits

de Presse

Capture d’écran 2019-10-16 à 16.32.36.pn
Capture d’écran 2019-10-16 à 16.32.36.pn

LA GAZETTE UTOPIA /  France

(Projection du film Le Plaisir du Désordre et représentation à l'Utopia 

et représentation de Digression  au théâtre des Doms - France)

Éve Bonfanti et Yves Hunstad racontent des histoires insensées et granduoses tout en interrogeant la place du spectateur, son rapport à l'imaginaire et la fonction de subversion douce du théâtre. 

L'ATELIER CRITIQUE / Suisse

(Représentation au Théâtre de Vevey - Suisse)
                                                                                                                  

La recherche constante, thème central de l’œuvre, souligne combien le théâtre est un art éphémère où chaque représentation est unique : la matière vivante est constamment en mouvement et pour cette raison elle ne peut être figée. Même dans ces moments que l’on pourrait qualifier de « réels », lors d’interventions du technicien, de discussions au sujet du décor, de l’écriture ou des déplacements, la poésie réside dans l’énergie englobant la scène et le public. Ainsi le théâtre s’apparente au cosmos où chaque individu pénètre, aboli du temps et de l’espace, l’instant d’une représentation.

Capture d’écran 2019-10-16 à 17.06.18.pn

BIBLE URBAINE / Québec

 

Par le biais d’une mise en abyme, un personnage d’écrivain (Hunstad) dans la pièce se trouve dans une impasse: la fin du livre qu’il écrit paraît inatteignable, impossible à rédiger… à l’instar de cette pièce à laquelle ils ne cessent d’apporter des modifications malgré l’imminence de la représentation à Whitehorse. La création de la pièce se poursuit inlassablement, conférant à celle-ci un aspect aussi vivant et tonique qu’un véritable être humain.

Capture d’écran 2019-10-16 à 17.09.30.pn

INFO CULTURE / Québec

C’est tellement ludique, excentrique et audacieux comme idée, que le spectateur en est complètement déstabilisé. Ève et Yves sont sur scène et ils parlent au public de cette pièce qu’on est venu voir, mais qu’ils ne feront pas. (...) C’est surréaliste. Et pourtant, la pièce est réellement commencée. Car, on semble si bien l’oublier, que tout est écrit ainsi. (...) C’est donc, un auteur, joué par Yves Hunstad, qui réfléchit à la création d’un spectacle, alors qu’un personnage venu de l’espace va apparaître et va entrer dans le cerveau de l’auteur, pour ainsi imaginer le début de sa pièce.  L’auteur nous raconte une pièce dans une pièce. C’est en fait l’histoire de son histoire. (...) On peut dire que la Fabrique imaginaire porte bien son nom ! 

LES ENFANTS DU PARADIS / Québec

 

L'humour est habilement maîtrisé. Les hésitations et les maladresses dans les expressions amènent le rire. Les comédiens, éminemment sympathiques, excellent à ce jeu. On ne peut que sourire et s'esclaffer de leurs réflexions naïves et surprenantes. Pénétrer dans la tête des créateurs est une expérience unique. Une aventure dans le processus créatif qui surprend, voire qui, sans briser le mythe, le mystère, permet de mieux saisir la difficulté de créer et d'écrire. Hunstad et Bonfanti construisent, fabriquent un imaginaire. Le théâtre est déconstruit et reconstruit d'une magnifique manière. Voir ce spectacle ne laisse pas indifférent et transforme notre vision du théâtre. Leur fol imaginaire nous contamine et on quitte la salle le bonheur au coeur et on n'a qu'une envie, retrouver ce sympathique duo dans un prochain Carrefour.

MON THÉÂTRE / Québec 

La mission de leur théâtre, La Fabrique Imaginaire, c’est de bousculer les codes de la représentation, faire fi des conventions et casser les moules.

Le documentaire "Le plaisir du Désordre" nous présente une Bonfanti structurée, réfléchie et rigoureuse dans son art, et un Hunstad aussi agile en improvisation qu’un acrobate du Cirque du Soleil: il suffit d’un mot, d’une intonation pour qu’il change de personnage sous nos yeux. Lorsqu’on en arrive à la représentation théâtrale, les jeux de miroirs se multiplient : c’est le théâtre au théâtre, le comédien qui joue au comédien.  Le couple joue la confusion à merveille, avec un naturel désarmant, tissant devant nous une dentelle de mots précise et complexe. 

LE SOLEIL / Québèc 

Complice de longue date du Carrefour de théâtre de Québec, La Fabrique imaginaire pousse ses explorations des rouages de la création théâtrale un cran plus loin avec «Digressions et autres détours avant de jouer». (...) Un peu perdu? C’est normal. Bien qu’elle soit minutieusement écrite et orchestrée, chaque création de Eve Bonfanti et de Yves Hunstad se construit sur des va-et-vient entre théâtre et non-théâtre, jeu et non-jeu, pensée qui se construit et plongée dans la fiction. Mais qu’on ne s’y trompe pas, même lorsqu’on ne semble plus y être, on est toujours au théâtre…(...) Dans cet écrin de digressions, les moments de «vrai» théâtre n’apparaissent que plus précieux et plus magiques.